Bowmore Devil’s Cask III – Sweet & Earthy Sherry In Hades.

Critique en Français au bas de la page

Bowmore Devil’s Cask III

56.7% ABV  

88/100

20160303_181511

 

I’ll spare everyone a re-hash of the “legend” behind this malt. Here are the facts that we know, it’s peated Bowmore spirit, matured in first fill Oloroso sherry casks in the famed No. 1 vaults (how much can they actually fit in there?) and bottled at cask strength. The first two editions were 10 year old expressions, this final one loses the age but gains a double maturation in Pedro Ximenez sherry casks.

We received a very small allocation of this in Quebec & the few cases sold out within hours.

I’m surprised more people haven’t talked about the interesting contrast that Bowmore’s small batch series offered, they we’re running both the Tempest and Devil’s cask series in parallel. This provided a rare opportunity to taste the differences in cask maturation under relatively similar conditions, 10 yr old cask strength whisky in first fill barrels.

20161128_163745
I forgot to take a picture when there was still juice in the bottle

Nose: Earthy dark raisins, burned orange zest, parrafin/lamp oil, plum pudding, coffee (citric light roasts), cured meat, shoe polish, wet tobacco, cocoa.

Palate: strong, coffee & camphor, oily, sweet oak and bacon wrapped dates. The citrus is on Bergamots and blood oranges, puer-eh tea, pomegranate molasses,dark chocolate with sea salt and a slight meatiness (umami). It’s big whisky, despite the cask strength it’s beautiful drunk neat, water does help highlight the fruitiness and brings more spices out, it also increases the ashy smoke. Forget about balance, this isn’t what this whisky is about, it’s bombastic and in your face.

long sustained finish, the richness roiling around long after the last drop has vanished. This is not an easy dram, it launches a relentless assault on your taste buds, oily,salty, deep sherry richness, earthy and then the mysterious fruitiness (blood oranges?pineapple? musky fruits? other times dark dried fruits). The peat and smoke are there but somehow transformed by the cask finish, integrated into the other flavors. While I enjoyed the boldness of the freshly opened bottle, oxidation worked wonders on the last 1/3 of the bottle, it was rounder, less sweet and with more sustain, to borrow a musical term.

dev-cask

I know the price, the price, the price..it’s another NASty whisky. Yes, yes all of that is true, at the prices asked for in the European market forget it, In Canada and US it hovers around 100-120$ still pricey but one heck of a ride a good one for a group/club purchase. I agree that young peated Islays in bourbon cask are usually the winning combo but you see here what the “dark side” can offer if handled properly.

Sadly these two series seem over for Bowmore, There is a travel retail “devil’s cask inspired” release that is a 10 yr old oloroso and red wine finished at 40% ABV , it gives the impression they are riding the reputation of a well received product to push something else.

Franck


 

20160303_181511

Bowmore Devil’s Cask III

56.7% Alc/Vol 

88/100

Je vais vous épargner la légende derrière ce whisky, cette histoire à été répétée de maintes fois. Voici les faits tel qu’on les connait, il s’agit du distillat moyennement tourbé de Bowmore, une maturation dans d’ex-fûts de xérès Oloroso. Le tout vieilli dans la “fameuse” voûte numéro 1 (je me demande sérieusement combien de barils y repose réellement) et embouteillé à la puissance brute. Les deux premiers tirages étaient des whiskys de 10 ans, la troisième et dernière édition à perdu sa mention d’âge mais à gagnée un séjour en barrique de xérès Pedro Ximénez.

Le peu de caisses que la SAQ à reçu ce sont envolées en quelques heures à peine. Je suis surpris qu’il n’y a pas eu plus de discussions sur cette série “small batch” de Bowmore (Tempest et Devil’s cask). Elle offrait la possibilité de goûter l’impact que les fûts de bourbon et xérès apportent aux même distillat sous des conditions similaires.

20161128_163756-e1497904825748.jpg

Nez: un brin terreux, raisins sec Thompson, zeste d’orange brûlé, paraffine et plum pudding. Une impression de café légèrement torréfié, du jambon nitrité, cire à chaussures, tabac encore humide et cacao.

Bouche: Puissant! Café et camphre, chêne sucré, huileux, des dates enrobées de bacon grillées. Le côté agrumes tire plus sur la bergamote et l’orange sanguine. Thé puer-eh, pomme grenade, mélasse, chocolat noir à la fleur de sel. Il y un côté musclé, umami même et malgré le taux d’alcool il se déguste bien neutre.

L’ajout d’eau fait ressortir les fruits mais augmente le côté astringent de la fumée. N’essayez pas de trouver l’équilibre c’est futile, profitez plutôt du voyage gustatif que ce whisky vous offre.

La saveur persiste longtemps après que la dernière goutte soit terminée. Ce n’est pas une dégustation facile, l’assaut sur vos papilles est constant, tantôt sont côté huileux, son brin salin et les fruits mystérieux (oranges sanguines ananas? Fruits musqué? Tantôt des fruits séchés.) la tourbe et la fumée sont présente mais sont transformée par l’influence des fûts de xérès. J’ai apprécié la claque que donne ce whisky lorsque la bouteille est fraîchement ouverte mais j’ai préféré le dernier tiers qui était bien oxydé, plus rond, moins sucré et une meilleur longueur en bouche.

Oui je sais, je sais le prix! Et encore un autre whisky dont l’âge est masqué. Tout ça est vrai, je sais que le prix sur le marché Européen est ridicule. Entre 100$-120$ Canadien c’est encore cher mais plus raisonnable surtout lors d’un achat de groupe pour votre club. Beaucoup diront que les jeunes whisky tourbé sont à leur meilleur en fût de bourbon, mais il est intéressant de voir ce que peut offrir le côté obscur s’il est bien assemblé.

Tristement, cette série est terminée pour Bowmore, il y a une version hors-taxes qui se dit inspirée du “devil’s cask” un whisky de 10 ans fini en barrique se vin rouge et oloroso à 40%alc. Ça donne plus l’impression de quelqu’un qui tente de tordre le dernières gouttes de jus qui reste dans un linge…

 

Franck

Laphroaig 15 – Happy Anniversary to me

 

20161025_221431

 

Laphroaig 15 “2ooth Anniversary”

43% ABV

87/100

 

Laphroaig commemorated the 200th anniversary of the distillery in 2015 with a string of anniversary releases across the breadth of their range. I haven’t tasted them all but I think they really knocked it out of the park with this strategy, particularly compared to some of their Islay brethren. These releases(cairdeas, 15, 16 & 32 yr old expressions) were spread out across the price spectrum with at least 2 being fairly priced and widely produced. I already reviewed the 2015 Cairdeas here which  was a cracking whisky.

This meant it was easier fans (or friends) everywhere to get in on the action not just collectors, each expressions offered had something different to offer. Whether this was all part of their strategy or not? I think this was a good move in a time where it’s easy for whisky producers (especially Islay) to release OK juice and wrap it up in slice of marketing bacon or drop some super old juice that only that only some can afford,fewer will open and that reviewers will do all the legwork in promoting (see whipping into a frenzy) with free samples.

 

 

 

Ok you in the back I heard your grumbling…so far 2016 has not been as kind to friends of Laphroaig with a big gap being created in the line-up (loss of 15 and 18 yrs old). The “Select” still remains and that gap’s been filled by an NAS (Lore) with the patented Ardbeg Uigedal /Johnnie Walker Blue technique of rumor and innuendo “I heard / someone told me there’s old sherry casks in there”, ” It contains some of our most precious stock”.  I’m sure it’s good whisky but it does feel like a let down after a shinning year.

I opened this bottle on my birthday because, well it’s my goddamn birthday!

20170218_160847

Nose: Smoke…shocker right? not dirty smoke though, more like when you dial it in just right on a home smoker. It’s followed by lemon pith and kaffir leaves. There is a also delicate floral green side, orange blossoms, fresh oregano or savoury, jasmine tea. Then it’s opening oysters and on a table scrubbed with Dettol, grilled shellfish too. Water brings out more of the vanilla, grapefruit, calming the medicinal side somewhat.

Palate: Sour and zingy when it first hits, ashy, sharp bitter smokiness,peppery and mineral. Then there is definitely some sweet notes, slightly musky fruit (melon, apricots), candied fennel, lime and green peat, camphor and black cardamom. Water rounds out the sharpness but keeps the coastal, peppery , smoky and sweet vibe going.

The finish doesn’t last forever  but it does warm your chest and keep with the smoke and sweet & salty fennel and lime.The ABV works just fine to carry the flavors which are very rich.

 

 

It’s a great whisky,surprisingly sharp and spirity still, with little obvious oak influence. Upon opening I was slightly disappointed, I was expecting too much right out of the gate, you have to let it creep up on you. That said with time and oxygen the whisky becomes more uni-dimensional especially losing the musky fruit notes rather quickly so gas it or share it if that’s your preferred sweet spot.

 

Franck


 

Laphroaig 15 “200e Anniversaire”

43% Alc/Vol

87/100

En 2015 Laphroaig célébrait son 200e anniversaire avec une série de whisky couvrant l’éventail de gamme de la distillerie. Malgré que je n’ai pas eu la chance de tous les évaluer, je crois que c’était une stratégie du tonnerre. Du moins si l’on compare avec certains de leurs voisins qui on aussi atteint cet âge vénérable récemment (Lagavulin, Ardbeg).

20161025_221441
Les whiskys concernés (Cairdeas, 15, 16 et 32ans) étaient répartie selon différents échelons de prix et ont chacun quelques chose de différent à offrir. Deux d’entre eux étaient relativement abordable et produits en assez grand nombre. J’ai effectué la critique du Cairdeas 2015 ici, un whisky qui démontrait une maturité au-delà de ces 11ans.

Je ne sais pas si ceci figurait dans leurs plans mais le résultat était avantageux  pour les amateurs de Laphroaig (ou ami comme sont appelés le fanclub de la distillerie). Surtout dans cette période ou les édition luxe sont trop fréquente et les départements de marketing nous servent des whisky médiocres au prix et histoires fabuleuses.

Pardon oui vous à l’arrière vous avez une question?  Ah oui je sais on est en 2016..Oh et puis Laphroaig semble vouloir nous briser le cœur. L’insipide “Select” est partout, le retour du 15 n’était qu’éphémère et nous avons perdu le 18ans. Ils tente de nous faire oublier grâce à un autre whisky sans mention d’âge le “Lore” qui utilise la technique breveté d’Ardbeg quand ils veulent faire saliver les “fanboys”. Rareté + rumeur = whisky de luxe tu entends des phrases du genre “j’ai entendu dire/une source m’a confirmé qu’il y a des vieux fut de xérès dans cette édition” ou “puisé de nos stocks les plus rares”…200$ et zéro certitude sur le contenu plus tard. Je suis avec vous l’avenir n’est pas très prometteur
laffy-15

Nez: fumée…non sans blague? Mais pas une fumée crasseuse. Plus genre la fumée blue parfaite d’un fumoir.
Écorce de citron et feuilles de lime kaffir. Il y aussi un côté plus délicat, floral et vert, fleur d’oranger, sarriette et thé au jasmin. Ensuite c’est un party d’huîtres sur une table en bois frotter à l’antiseptique, crustacé sur le bbq. L’eau fait ressortir du pamplemousse. Un peu de vanille et calme le côté médicament.

Bouche: un peu surette et tranchant au début. Une belle amertume, la fumée, le poivre, un côté minéral et ensuite les cendres. Il y a des notes sucrés, une légère touche de fruits musqué (melon, abricots), fenouil confit, lime, tourbe fraîche, camphre et cardamome noire. L’eau coupe un peu l’amertume, laissant le côté salin, poivré et fumé planer.

La finale est un peu courte, un retour sur le sucré, salé, le fenouil et le pamplemousse. Le taux d’alcool est bien équilibré et parvient à soutenir le bouquet  assez riche.

J’ai été agréablement surpris par ce whisky, il est équilibré, présente des saveurs bien définis et le chêne ce montre discret. Je dois avouer qu’à l’ouverture j’étais un peu déçu, je m’attendais à une bête mais c’est plutôt un ninja. Par contre je trouve qu’avec le temps et l’oxygène il devient plus unidimensionnel, je suggère le gaz inerte ou de le partager rapidement.

Franck

Caol Ila 2001, Gordon & Macphail Private Collection Review

caol-ila-2001hermitage

Critique en Français plus bas.

Caol Ila 2001 Gordon & Macphail Hermitage finish

45% ABV

Score: 92/100

Released as part of the Gordon & Macphail “Private reserve series”, this is standard peated Caol Ila distilled  in 2001 matured in bourbon caks (no mention of first or second fill) and finished in Hermitage  wine casks (Syrah). It seems that there are a few more hermitage finished whisky in this private reserve series, I’m unsure if the particular whiskies are chose as ideal partners to the type of casks or if it was a case of some guy by the side of the road in the Rhône region offering a bang up deal on casks that “fell off the truck”.

I know that lots of folks aren’t crazy about wine finishes, they seem to be rather polarizing, especially with peated spirit which can be rather tricky to balance with some of these Islay heavyweights. Even the tried and true sherry finishing methods then to get a mixed reception except the Lagavulin distiller’s edition and Bowmore devil’s cask & Laimrig who seems to consistently score high.

I know a previous version of this exists, distilled in 1997 but this one finished for 30 months in the wine casks, few reviews exist for these releases. The always informative and entertaining Serge @ whiskyfun towers gave it a low score, citing “The combination created some cheesy, buttery, sulphury and truffle-like notes. I love truffles but not here.”. Keep in mind that Serge is not a big fan of wine finishing, but usually concedes an interesting whisky even if it diverges from his tastes. Perhaps the folks at Gordon Macphail realized this and dialed back the finish to 18 months for this one.

Caol_Ila_distillery wiki

Nose: cured ham,prosciutto chips, sweet smoke, south Carolina style smoked pork shoulder (brown sugar rubbed). Leather, peameal bacon, dark grapes, burnt jam,light menthol. There’s dark cherry or blackberry notes mingling with the rubber band edge.

Palate: First impression is like a razor,graphite pencils, I think I might finally get what serge means by chiseled, ashy, astringent and makes you salivate. Cotton candy, candied rose petals, jammy leather. Rubber tires, smoke and rhubarb cola (ok that doesn’t exist)

The finish is long and sustains the dark chocolate, menthol and hot berries thing going-on, it’s got serious texture and a salinity that I like. The hardcore peatheads might be upset at the wine finish, the nose and palate play well together and it’s not too intense on the wine and astringency.

It’s honestly one of the most interesting whiskys I’ve had in a while,I personally found this bottling rather compelling and have been thinking about it for days.

Distillery photo credit is from Wikipedia page:

Franck

————————————————————————

Caol Ila 2001 Gordon & Macphail Hermitage finish

45% ABV

92/100

caol ila hermy

Caol Ila 2001 Gordon & Macphail Hermitage finish

45% Alc/Vol

Évaluation: 92/100

Une édition des embouteilleurs indépendant Gordon & Macphail, de la série “Private reserve”, il s’agit ici d’un Caol Ila tourbé standard distillé en 2001, vieilli en fût de bourbon (aucune mention de premier ou deuxième remplissage) avec ensuite une finition pour 18 mois en barrique  de vin rouge Hermitage (Syrah).  Il y d’autre whisky vieilli en fût d’Hermitage dans la même collection dont un Ledaig. Je ne sais pas si ces distilleries ont été choisies en fonction d’un mariage particulier de leurs styles  ou s’il était question d’un gars sur le bord de la route qui offrait une aubaine incroyable sur des futs de Syrah qui sont « tombé du camion ».

Je sais les affinages de whisky en barrique de vin rouge ne font pas l’unanimité, surtout dans le cas de distillat tourbé ou il devient difficile d’équilibré leur côté un peu sauvage surtout pour les géants de l’Islay. Même la finition en fut de xérès qui est une méthode  presque assurée produit parfois des résultats inattendus, les seules exceptions semble être les éditions spéciale de Lagavulin et Bowmore (Laimrig, Devil’s Cask).

Je sais qu’il y a une version précédente de ce Caol Ila, celle-ci distillé en 1997 mais cette fois-ci avec un affinage de 30 mois dans les barriques d’Hermitage mais il existe peu d’info sur ces deux éditions en ligne. Le très édifiant Serge dans la tour whiskyfun lui a donné (le 1997) un score assez bas citant « l’assemblage crée des genres d’arômes de fromage, beurre, souffre, truffes et j’adore les truffes mais pas dans ce cas ». Tenez compte que Serge n’est généralement pas un amateur de finition en barrique de vin, mais est capable d’admettre si l’effet est bon. Peut-être que les gens de Gordon Macphail ont réalisé le manque de cohésion dans la version précédente et ont décidé de réduire l’affinage finale en fut d’Hermitage à 18 mois cette fois-ci.

Caol_Ila_distillery wiki

Nez: Jambon nitrité, chips de prosciutto, fumée sucrée, épaule de porc BBQ style Caroline du sud. Cuir, raisins noirs, confiture brulée, légèrement mentholé. Après un temps in y retrouve des arômes des cerises noires ou mûres qui se mélangent avec celle du caoutchouc.

Goût: Ma première impression fut aussi tranchante qu’un rasoir, crayon à mine de graphite, cendrée, l’astringence fait saliver. Barbe à papa, pétales de rose confites, confiture et cuir, chambre à air de vélo, fumée et cola à la rhubarbe (ok ça n’existe probablement pas.)

La finale est longue et maintien son côté chocolat noir, menthol et petits-fruits chaud, la texture est incroyable et tout au long il une salinité soutenue. Les Tourbeux pur et dur seront probablement déçu puisque qu’il n’y a pas que de la tourbe musclé ici, il y a une certaine délicatesse mais toujours un coté tranchant. Le nez et le palais joue bien ensemble, on ne ressent pas trop l’effet du chêne européen et l’astringence de la barrique de vin n’est pas trop prononcé.

C’est honnêtement un des whiskies les plus intéressant que j’ai goûté depuis un bout, j’y repense beaucoup depuis les derniers jours.

Franck

 

 

Octomore 6.1 Scottish Barley Review

Critique en Français plus bas

2013102021252955_1

Octomore 6.1 Scottish Barley

57% ABV

Score: 87/100

 

Warning long LSD-like descriptors ahead….

Say what you will about this whisky (and there is a lot of chatter out there) this is a whisky that cannot leave you indifferent. Much ink has been spilled and the ‘Laddie marketing crew has spun their magic as usual. Hate the player or hate the game it doesn’t matter, this is whisky that makes people react in one way or another and it begins with the product itself, in this day an age that’s something. Let’s not forget it doesn’t forego the basic info the consumer needs in that goal, it has an age statement, it’s unchillfiltered, uncolored and has proper ABV that allows the spirit to express itself fully. After that they can add-on all the marketing hype they want.

I am a fan of most of what comes out of the North West coast of Loch Indaal, not all of it is spectacular but there is definitely some magic happening there at times. If you strip away all the hype, the phenol counts, the marketing, the race for whose peat is bigger than the other what’s really interesting about this whisky is two things.

1- The nuances you get from the beast  that is Octomore…it’s not all straight up burning car seat peat smoke, there’s all these interesting big thick notes, barnyard and then really herbal, eucalyptus tentacles wringing their way around your palate.

2- The character of this whisky for its young age…don’t get me wrong, it is young and often brash and peat definitely takes well to this kind of style by hiding the youth but I cannot thing of many other whiskys that are this characterful at such a young age. I know there is a 10 year old floating out there and I can only imagine what this could be with 15+under its belt…who knows perhaps we could lose some of that dirty goodness but I wonder what those buttery ham cooked in hay and crazy bbq sauce and inner tube aromas will become given some good casks and time. (it is like a really eloquent young teenager whose way with words makes you forget how young the interlocutor is )

Octo

Nose: sweaty vinyl seats, bicycle inner tube fights with ash and Eucalyptus, aniseed, prosciutto chips, cornbread cooked in bacon fat, asparagus in butter. Smoked cola syrup, barnyard notes.

Palate: beeswax, dried figs, burnt sugar caramel, ham cooked in hay, mountain mint/wild oregano/sage (those Greek wild herbs that are like druidic, medicinal versions of the cultivated ones), somehow sweet but there’s a pleasant bitterness darting in and out.  Salty and volatile, fisherman’s friends and cola.

The finish is long lasting, persistent, a little salty and bitter.  My first tasting was a back to back Octomore 6.1 & 7.1. I couldn’t detect the bourbon in the 6.1 as much.  It’s got more darkness to it.

This is a contemplative malt, around a fire reading, watching nature from a cabin window or quiet pensive conversation is ideal, it leaves your head full of ideas and sets your imagination racing.

 

Franck

————————————————————————–

 

jimmcewan2

Octomore 6.1 Scottish Barley

57% Alc/Vol.

Évaluation: 87/100

Attention, description quasi-hallucinatoire à suivre…

Peu importe ce que l’on dit sur ce whisky (et il cause quand même pas mal de brouhaha) il ne peut vous laisser indifférent. Beaucoup d’encre à couler à propos de ce whisky et l’équipe de marketing de ‘Laddie y à mis sa magie habituelle. Que vous détester le joueur ou les règles du jeu ça importe peu, il s’agit ici d’un whisky qui fait réagir les gens et c’est surtout à cause du produit lui-même. N’oublions pas que contrairement à beaucoup d’embouteillages qui cause du « hype »  celui-ci nous fourni au moins les détails les plus importants.  Il y a un âge, il est non-filtré à froid, ne contient aucun colorant et est offert à un volume d’alcool qui permet libre expressions aux saveurs. Après ça ils peuvent en beurrer épais s’ils le veulent.

J’avoue que je suis un « fan » de la plupart de ce qui est produit sur la côte Nord-Ouest du Loch Indaal, non leur whisky ne sont pas tous spectaculaire, mais il y a parfois une dose d’alchimie/Voodoo qui sort de chez Bruichladdich. Si l’on enlève les couches de publicités excessives, le niveau de phénol grimpant (qui ne veut plus rien dire rendu là) et le jeu de « mon whisky est plus tourbé que le tiens », il reste deux faits intéressants mais importants.

  1. Les nuances offertes de la bête Octomore ne sont pas juste de la variété crasseuse et sièges de vinyle en feu. Il y a des notes musclées et fumée, mais à travers ça un côté basse cours, sucré, herbes & mentholé qui s’insinue dans le discours.
  2. Le caractère de ce distillat pour sa jeunesse est impressionnant, non je ne parle pas du raffinement d’un whisky de 20+années mais je ne peux pas penser à beaucoup d’autres whisky qui en offre autant après seulement 5ans en fût. Je sais qu’il y a eu une édition de 10 ans un moment donnée, mais je ne peut qu’imaginer ce qu’il pourrait offrir après 15 ans et plus. Qui sait, il perdrait surement un peu de sa fougue mais qu’adviendraient de ses aromes de jambon cuit au foin, de sauce BBQ et de chambre à air de vélo avec du temps et des bonnes barriques. (ce whisky est vraiment comme un ado qui s’exprime bien on fini par en oublier l’âge de son interlocuteur)

whisky-single-malt-bruichladdich-octomore-edition-072-107111-MLA20475405123_112015-O

Nez: jambes en sueur sur sièges en vinyle, combat entre la chambre à air de vélo, les cendres et l’eucalyptus. Graines d’anise, chips de prosciutto, pain de mais cuit dans le gras de bacon, asperges sautées au beurre.  Sirop de cola fumé,  basse-cour.

Bouche: Cire d’abeilles, figues séchées, caramel brulée, jambon cuit au foin, menthe des montagnes/origan sauvage (les herbes sauvages grecs qui sont comme des versions amplifiées et druidique de leur homonymes cultivées). Une perception assez importante de sucre en bouche avec une amertume  qui vient reprendre le cap. Salée, volatile, pastilles (celle avec le pêcheur sympatique) et cola.

La finale est longue et persistante, un peu sale et avec une amertume plaisante. La première fois que j’ai essayé ce whisky c’était dans back à back avec le Octomore 7.1 et je ne trouvais pas la présence du fût de bourbon aussi présente dans le 6.1, je dirais qu’il y a un petit côté obscur (ok c’t’assez les jokes de Star Wars)

C’est un whisky qui se prête  la contemplation, autour d’un feu, avec un livre, en regardant la nature se déchainer de la fenêtre d’un chalet, ou lors d’une discussion tranquille. Il stimule les idées et  fait courir l’imaginaire.

Franck

whisser-bruichladdich-warehouse-tasting-octmore-1-2002-dyquem-cask-1115_800

Bowmore Tempest 10 Batch VI Review

Critique en français plus bas.

20160203_211015

Bowmore “Tempest” 10 year old Batch VI

54.9% ABV

Score: 89/100

Bowmore is one of those names with a significant standing in the whisky world. It has always evoked a kind of gravitas for me,smoke and leather, executive offices and all that. In the infancy of my appreciation for spirits I could never really come to develop a shine to what I tasted from Bowmore, it didn’t have that kind of medicinal trait that some of it’s Island brethren have like Lagavulin and Laphroaig nor the kind of belching fire, brimstone and smoke of Ardbeg.

From what I’ve gathered online there was a period of time in this distillery’s history where significant production changes (80’s-90’s) caused the core profile to change and veer into weird lavender and violet like top notes that threw off some fans of the old distillery style. Having no access or budget for such vintage whisky presently and in the foreseeable future I’ll leave it up to those who do.  In recent years they have been making more appearances on people’s top lists which can only be a good sign.

The special releases I have tasted so far (Laimrig, Tempest, small batch) have made a pretty significant impression on my taste buds and imagination. It’s not often that the marketing swag around a whisky really does correspond perfectly to the content, it’s usually a little OTT. In this case here is a dram that does carry it’s name and descriptors so well.

I cannot claim to know Islay’s weather having never visited the Isle. I Hail from the Caribbean where 24 hours can bring many weather systems and now live in Quebec, it’s winter a cruel and fickle mistress if there ever was one. We come this dram that really does evoke both the calm before as well as the storm on the windswept shores of Loch Indaal complete with the fires that have been put out by it.

no 1 vaults

Nose: Apricot, Vinyl upholstery, vanilla, sea spray, super-ripe tropical fruits. Wet campfire, smoked hay, barley sugar, citrus/bergamot, honey coughdrops, limestone and oyster shells. Water tames it bringing forth, coconut, citrus, damp peat.

Palate: Really juicy, slightly bitter, vanilla, oyster liquor, creamy buckwheat honey. Smoked marmalade in juicy oak casks, malted cereal. Pina colada in a smoky bar and then passing out on the wet rocks on the beach.

The balance of this is stunning for a 10 year old whisky, there is clearly a lot of wood manipulation happening but the scope of flavors captured in here make you forgive that gimmickry. The alcohol is well integrated and really does help amp-up the flavors, it does take water well, really highlighting the more maritime character of the whisky.

For 80$ it’s really a great value for money, and hey an age statement..

Franck

————————————————————————–

20160203_211001

Bowmore “Tempest” 10 ans  Batch VI

54.9% Alc/Vol

Évaluation : 89/100

La mention de Bowmore est synomyme d’un certain respect dans le monde du Whisky, pour moi ce nom évoque une image de fumée de cigare, cuir et de bureau de président, elle porte un certaine historique. Au début de mon apprentissage dans le monde des spiritueux, je n’arrivais pas à développer une appréciation des Bowmore que j’ai essayé (12ans, legend), je n’y trouvais pas le côté phénolique et médicamenté des Laphroaig et Lagavulin ni le feu de forge d’Ardbeg.

Lors de mes recherches j’ai trouvé plusieurs mentions d’un changement au niveau de la production durant les années 80’ début 90’. Ces nouvelles méthodes on transformée le style de la maison y apportant des notes de violettes et lavande un peu savonneuse, ce genre de côté floral à détourner pas mal de vieux fans de Bowmore. N’ayant pas accès  à des caches de vieux whisky, je ne pourrais y ajouter mon grain de sel, mais je reste disponible pour des évaluations de rigueur scientifique si quelqu’un veux m’en envoyer. Depuis quelques années il semble que Bowmore  a repris le cap et beaucoup d’éditions se retrouvent sur le top 10 et autres recommandations de la whiskysphère.

Les éditions spéciales que j’ai pu déguster à date (Laimrig, Tempest, Small batch) on laissé une  marque assez vive dans ma mémoire et mon imagination.  Ça n’arrive pas souvent que la description sur la boite correspondent si bien au contenu, c’est généralement un peu « too much », par contre dans ce cas ci  le whisky porte bien son nom.

Je ne peux pas me vanter de connaître les caprices de la météo d’Islay, je n’ay ai jamais mis les pieds. Par contre je suis née dans les Caraïbes où 24hr peuvent amener autant de systèmes qu’une semaine ailleurs et je réside au Québec ou les hivers peuvent être long et cruel. Nous arrivons donc à ce dram qui évoque vraiment la tempête qui s’abat sur les rives du Loch Indaal et les feux qui se ce sont consumés dans son passage.

Nez : Abricots, tapisserie de vinyle, vanille, embruns marin, fruits tropicaux très mûres. Feu de camp mouillé, paille brulée, sucre d’orge, agrumes/bergamote, pastille au miel, calcaire et coquille d’huitre. L’ajout d’eau vient dompter l’intensité, permettant de faire ressortir le citron, la vanille, un peu la noix de coco et la tourbe humide.

Goût: Très juteux, une légère amertume, vanille, eau d’huitre, miel de sarrasin crémeux. Marmelade fumée , barils encore humides, céréale malté. Pina colada dans un bar plein de fumée et ensuite on perd connaissance sur les cailloux humides sur le bord de la plage.

L’équilibre de ce whisky est incroyable si l’on considère qu’il n’a que 10 ans, Il y a clairement une manipulation assez technique du côté des fûts mais l’intensité et la variété des saveurs nous fait vite oublié le truquage. Le taux d’alcool est bien intégré et aide vraiment à amplifié et prolongé la finale. L’ajoute d’eau ne brise pas l’ensemble et fait ressortir le côté maritime de ce whisky.

Pour 80$ c’est une excellente valeur, brut de fût et regarde une mention d’âge!

Franck

Bruichladdich 16 First Growth Cuvée A Pauillac Review

Critique en Français plus bas.

Bruichladdich 16 First Growth Cuvée A Pauillac

46% ABV

Score: 85/100

I received this as an unexpected birthday gift from co-workers a few years ago and it was long kept in reserve.

This bottling is from 2008 the “First Growth” series, it consisted of stocks of Bruichladdich’s old regime lightly peated Spirit. It was then aged sixteen years in ex-bourbon barrels (Jim Beam) and then finished for an undetermined period of time in barriques from Bordeaux Grand Cru chateaux.  The series was classed A to F based on each chateau and was limited to 12,000 bottles each.

Cuvée A was from spirit ACE’d (Additional Cask Evolution) in barriques that previously held Chateau Lafite Pauillac wine.

grand cru whiskymate

Nose: There is a definite wet cask smell almost “rancio” like dessert wines, apricots, honey, very floral, bramble fruits, leather.

Palate: It’s start out punchy and spicy but still somehow delicate. There is a drying influence from the wine casks and present tannins. Peppery, honey and a touch of cherry or pomegranate. There is definitely a bit of peat present kind of like earthy black tea.

You can still find some of the Bruichladdich character present in there but there is a disparity between the palate(intense & dry) and the nose (floral,fruity, round). It feels a bit wrong but you can’t stop looking…kind of like ladyboy porn. Jokes aside this is really some sexy whisky and it’s a joy to nose and to take in slowly, I would get another bottle of this series in a heartbeat but not at collector prices.

Experiments like this are part of what made Bruichladdich so fun, I don’t buy all the pomp that came with the whole first growth thing as such but that they would attempt something like this in 2008. It was still approachable whisky not some shit in fancy decanters or laser cut bottles with no age statement and a bullshit tags like (master, rare, select, chairman’s) wank! wank! wank!

Franck

———————————————————————-

Bruichladdich 16 First Growth Cuvée A Pauillac

46% Alc/vol

Évaluation: 85/100

 

16-first-growth-cuvee-single-malt-whisky

Un cadeau de mes collègues de travail que j’ai longtemps gardé en réserve.

Cet embouteillage provient de la série “First Growth” créer en 2008. Il s’agit de whisky légèrement tourbé de de l’ancien régime de Bruichladdich, vieilli 16ans en fût de bourbon (Jim Beam) avec une finition indéterminée en barrique ayant contenu des grand cru des plus grand château de Bordeaux. La série est classé de A à F selon les châteaux et est limitée à 12,000 bouteilles de chaque expression.

 

 

Bruichladdich-A genleman butler

Nez: Il y a définitivement une odeur très présente de barrique fraichement vidée. Un peu “rancio” comme les vins désserts, abricots, miel, très floral,  fruits des ronces (mûres et ses variantes) & cuir.

Goût: L’arrivée est”punchy” et épicée tout en gardant une délicatesse. Il y a vraiment un assèchement prononcé et des tanins provenant des barriques, Poivre, miel et une touche de cerise ou pomme grenade. Il y un présence de la tourbe mais elle ressemble plus à du thé noir un peu terreux.

On y retrouve quand même la ligne directrice du style Bruichladdich mais il y a vraiment disparité entre le nez (floral, fruité, rond) et le palais (intense & sec). Ça laisse perplexe mais on ne peut pas arrêter de regarder…un peu comme de la porno transgenre. Blague à part c’est un whisky très sexy, qui offre un arôme incroyable et auquel on prend plaisir à déguster. J’en achèterai une autre bouteille sans hésiter mais pas au prix de collection.

Les expériences comme celle-ci sont une des raisons pour laquelle Bruichladdich mettait de la vie dans l’univers du scotch en 2008. Je ne parle pas du côté cuvée prestige ou comparatif au grand cru,  il  s’agissait d’un whisky à la portée de tous pas un liquide mystère offert dans des décanteurs ou des bouteilles coupées au laser. Sans mention d’âge avec une étiquette merdique genre (cuvée des mâitres, rare, select, président) etc…

Franck

 

 

 

Bruichladdich Scottish Barley Review

 

Bruichladdich Scottish Barley

50% ABV

Score:  78/100

 

The Classic Laddie has become the core expression for Bruichladdich in recent years. They have never shied away from releasing NAS offerings in the past and are perhaps one of the pioneers of this trend. Initially out of necessity but it seemed born of the ethos that if the whisky is quality and interesting and has something different to say or offer it needn’t only be bound by age, therefore we saw a mix of many different expressions, vintages and ages (to the annoyance of some)

I think the sort of fuck-you attitude and mercenary methods really helped differentiate how people received this idea from them as not simply a cash grab. It also helps that many of the whiskies they’ve released were really good and they had the big, poetic presence of Jim McEwan to push them.

With the release of the Laddie ten and also the series running up to Port Charlotte 10 (PC5, PC6 and so on) that Bruichladdich had drafted a plan for core age series they wanted to offer. Yet not long after that they pulled the 10 year old expression and those 16, 22yr bottles have all but disappeared as well. Ever since they haven’t been focusing at all on releasing age stated bottling other than the recent Micro provenance ones that are only available through their website and in minuscule quantities.  This really puts a lot of pressure on that core Classic release to provide us with our Laddie fix.

Nose: Leathery and solvent like start, biscuity-malt fermentation notes really stand out. Juicy tangerine and orange oils, after some time the vanilla & toffee thing comes out turns into banana chips and vaguely tropical notes. There is also some earthiness, like damp sod.

Palate:  It is a bit raw on the start but fills out juicy, salty caramel, sweetness. Slightly grassy and lemony/citrus again. There is a strange note that could be mistaken for peatyness/smokiness (I know it’s unpeated) it’s perhaps that solvent like note coming back, you don’t get it on every sip.

You can recognize the laddie signature taste but it’s kind of buried in there and unbalanced and young. I tasted this 3 times so far and every time I’ve had a completely different impression of it. It’s a good whisky but not their best; If this was a band it is lacking a solid rhythm section. I think they could work at bringing forth more depth from this to truly make it memorable it’s almost there.

I wish they would just put the age of the whisky on the bottle and allow consumers the information they desire. Or figure out the logistics of offering a 10yr plus release rather than giving us the “we want to move our focus away from age statements” spiel. At the price point here in Quebec (85$) I would have a hard time reaching for this regularly since it competes directly with many other good whiskies for our attention.

 

Franck

———————————————————

 

 

Bruichladdich Scottish Barley

50% alc/vol

Évaluation:  78/100

 

Ces dernières années le Classic Laddie est devenu le premier échelon de la nouvelle gamme de whisky de Bruichladdich. Il est certain que cette idée n’est pas nouvelle pour cette distillerie, si on considère qu’ils on été les pionniers de cette façon de faire depuis les 10 ou 12 dernières années. Initialement de nécessité (questions de capital et aussi puisqu’il on hérité d’un inventaire très bas et inégale selon les sources) mais ensuite il était clair qu’ils étaient en mesure d’offrir des malts intéressant et de qualité qui ne dépendait pas strictement de l’âge.

Je crois qu’initialement leurs tactiques mercenaires et la tendance à  lever le doigt d’honneur aux traditions a vraiment aidé à accueillir cette idée comme étant une qui n’était pas strictement motivée par l’argent.  Ça aide aussi que  le talentueux et poétique Jim McEwan était à la barre et que la majorité des  whiskies lancées (aussi multiples soit-ils) étaient excellents.

Le Laddie 10 à été discontinué il y a un an ou deux et les versions de 16 et 22 ans sont maintenant pratiquement introuvables. Il semblerait que depuis le changement de garde à la distillerie qu’on met moins sinon pratiquement pas d’emphase sur une gamme basé sur une progression d’âge.  À  part les sorties « micro provenance » disponible seulement sur le site web en petites quantités et  les bouteilles de négociants, il est difficile de trouver du jus dit mature de Bruichladdich. Cette situation met beaucoup de pression sur la gamme actuelle afin de nous fournir notre dose.

Nez:  Nouveau cuir de la tannerie avec des notes de solvant en arrivée, se développe sur des odeurs maltées, biscuits, fermentation d’une pâte à pain.  Tangerine bien mûre et huile d’orange, après un temps, vanille et toffee se transforme en bananes séchée et un léger fruit tropical. Il y a aussi un peu d’effluve terreuse, genre gazon en rouleau mouillé mais à peine

Goût:  On ressent un peu d’agressivité au début mais rapidement devient très juteux, caramel sucrée/salée. On goûte bien aux notes agrumes/herbes, biscuits de l’odorat. Il y a un goût étrange qu’on pourrait se méprendre pour de la tourbe (je sais c’est un whisky non-tourbé), c’est peut-être cette note de solvant qui revient, elle ne se présente pas à chaque gorgée.

On reconnait la signature Laddie par moment mais pas de feu d’artifice,  le tout manque de cohésion et de magie et fini enterrée un peu trop par l’intensité en bouche. J’ai dégusté celui-ci 3 fois et à chaque occasion mes notes sont différentes et ce n’est pas une bonne surprise. Ce n’est pas un mauvais whisky mais clairement pas le meilleur Bruichladdich que j’ai goûté. S’il offrait un peu plus de complexité ou de surprise , ça manque la section de rythme solide pour être mémorable.  Je souhaiterais vraiment qu’on mette une mention d’âge pour au moins comprendre ce qu’on achète ou carrément qu’il trouve une façon continuer à faire une production de Laddie 10.

Patrik à dit que ce whisky est une jeune fille marchant à travers une allée sombre à Brooklyn, j’interprète ça comme une belle arrivée mais une sortie regrettable. De plus au prix vendu par la gestapo euh…je veux dire  la SAQ (85$), il fait compétition avec beaucoup d’autre whisky pour notre attention.

Franck